Je le savais, ils nous avaient prévenus avant l’été : Poodz allait se refaire une beauté, s’améliorer, tenir compte des observations de ses utilisateurs.

En utilisateur de Seesmic convaincu, la plate-forme vidéo à 12 millions de dollars de la Silicon Valley, j’étais impatient de voir ce que les petits gras du ch’nord, avec leurs 3-francs-six-sous allaient nous offrir.

La tâche n’était pas aisée car, face à Seesmic, Poodz possédait déjà de nombreux atouts.
Une qualité vidéo impressionnante (due au fait que l’enregistrement s’effectuait en local et non sur le serveur distant), la possibilité d’enregistrer du son et pas forcément de la vidéo, une zone de texte avec liens contextuels, un player de conversation embarqué avec un système de navigation bien pratique. je vous parle d’un temps où Seesmic ne parlait pas encore d’un player embarqué et où il était impossible d’associer du texte aux enregistrements.

Et puis, last but not least, le graal de la vidéo conversation, une gestion de groupes, y compris de groupes privés, avec possibilité d’exporter les vidéos de ces groupes.

Bref, tout ce qui manque (toujours aujourd’hui) à Seesmic était là, bien établi ou en germe. Son seul défaut était sa logique de navigation un peu confuse. Seuls quelques aménagements du site suffisaient.

Et puis, début septembre, le mail est arrivé… Waow !
Direction poodz.com et bonnes surprise, en effet. Une maquette fraiche, sympa, jeune, dynamique, acidulée, vivifiante. Une navigation claire, ordonnée, fluide… Bref, de la balle !

On se dit que c’est parfait, que Seesmic et Phreadz sont mort et enterrés, aux oubliettes du web 2.0, en tout cas de ce côté-ci de la Manche et de l’Atlantique.

Et puis… On pousse un peu la découverte.
D’abord on poste une vidéo… On s’aperçoit que le système est désormais le même que les concurrents. Résultat : une qualité d’image et de son désastreuse. Plus d’options "son uniquement".

Le pire, c’est quand on cherche dans les menus les salons. Vous savez, ces fameux groupes qui faisaient la spécificité de Poodz. Et bien… Rien ! Nada ! Que tchic !
Plus de salons, plus d’espace d’échange privés.

J’ai posé la question aux développeurs de Poodz. Je vous laisse découvrir leur réponse.

 

 

Et là on se dit : pourquoi un tel gâchis ? Pourquoi avoir supprimé précisément ce qui rendait si prometteur le service ? Pourquoi s’être délibérément aligné sur le minimum syndical du principal concurrent ?

Parce que personne ne l’a demandé ? Je n’ose y croire.
A votre avis, qu’est-ce qui peut expliquer un tel revirement ?

 

3 comments

  1. bdm 29 septembre 2008 at 1:30

    Reply

    Ce qui est drôle c’est que le p’tit gars qui te réponds a un petit air de Loïc Lemeur… P’t’être son p’tit frére, nan ?

  2. Aymeric 30 septembre 2008 at 8:06

    Reply

    Aargh, si on peut me prendre pour le petit frère de Loïc, il faut que je change de coupe de cheveux 😉

  3. Lionel 30 septembre 2008 at 9:05

    Reply

    « Résultat : une qualité d’image et de son désastreuse. Plus d’options « son uniquement ». »

    La qualité de la webcam est par défaut plus basse, puisque 50% des utilisateurs / visiteurs n’ont pas la bande passante nécessaire à la haute qualité. Par contre, il reste la possibilité de remettre la qualité haute dans le menu de configuration pour ceux qui le souhaitent

Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *