Parfois, à vouloir trop faciliter la vie de l’utilisateur on finit par lui compliquer la tâche et par engendrer des développement démesurés par rapport aux principes de départ.

Ainsi, les équipes de développement de (l’excellent) gestionnaire de tâches Todoist (auquel nous consacrerons un article prochainement) se sont rendu compte, après une première phase de développement, qu’ils étaient sur la mauvaise voie lorsqu’ils ont refondu le système de dates de l’outil. Lire l’article (en anglais) : How to beat the “paradox of choice” in UI design.

Résumé :

Comment offrir de nouvelles fonctions de report, de programmation et de notification de la façon la plus conviviale possible ?

La première idée est de d’offrir des choix prédéfinis (demain, cette semaine, la semaine prochaine, à une date précise, etc…) et de suggérer une date basée sur l’état d’avancement de la tache. Mais cette logique demande finalement à l’utilisateur une succession d’actions qui nuisent à la fluidité et au confort d’usage.

Par ailleurs, le système de « prédiction » de date entrainait la nécessité de développer  un algorithme d’analyse des tâches complexe et qui, pour être réellement efficace, aurait sollicité l’utilisateur dans d’autres fonctionnalités. La décision est finalement prise de proposer moins de choix. L’utilisateur perd en qualité de service mais gagne en fluidité, en précision et en rapidité, ce qui est l’objectif premier.

Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *