La chronique de Jacques Attali
du 24 décembre 2007

Une étude récente ("The Piracy Paradox") démontre que la copie et la contrefaçon de produits de luxe oblige les créateurs à innover pour maintenir leur originalité, leur notoriété et la qualité de leurs produits. Le modèle peut être étendu à la copie d’oeuvres musicales, tant redoutée des producteurs…

Les chroniques de Jacques Attali

Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *