Voici deux ans la courte Histoire d'internet prenait un tournant dicté par les indicateurs économiques qui viraient tous au rouge. On avait bien pris le virage des réseaux sociaux mais la crise financière annonçait la crise économique. Les marchés financiers revivaient les jours sombres d'octobre 1929 et le secteur d'internet retombait dans la folle incertitude de la "bulle internet" du début des années 2000.

Forts de cette expérience et présentant des jours difficiles, les investisseurs fermaient les vannes et les entrepreneurs de start-up revoyaient leurs objectifs, s'ils en avaient, à la baisse. L'innovation étant essentiellement centrée sur la Sillicon Valley, le coup fut rude puisque c'est bien aux Etats-Unis que la situation était la plus grave. "Crise des sub-prime", "faillite bancaire", "Madoff" et autres gros mots traversaient chaque jour nos journaux télévisés. La morosité s'emparait, entre autre, du secteur des nouvelle technologies. Si les mastodontes avançaient confiants, tels Google, Twitter ou Facebook, d'autres préféraient réduire la voilure, voir changer d'objectifs pour ne pas disparaître. Tel fut le cas de Seesmic. Hier synonyme de vidéo-blogging et créateur de contenus, aujourd'hui agrégateur de réseaux sociaux.

Et puisqu'Internet c'est bien une histoire d'hommes et de femmes, d'amitiés ou de relations professionnelles, laissez-moi vous conter l'histoire des Francofous, une tribu pacifique et de nature enthousiaste qui s'est établie sur les terres de Seesmic dès le premier jour, au sein d'un village francophone qui rassemblait gaulois, helvètes et autres iroquois des bords du Saint-Laurent. Ils comptaient bien y croître et multiplier. Làs… L'Histoire en décida autrement.

Il y a deux ans, donc, presque jour pour jours, deux "francofous" apportaient une pierre fondatrice à l'édifice Seesmic, à une époque où ce nom rimait avec enthousiasme, nuits blanches, yeux rouges et ce quelque-chose d'indéfinissable qui vous transporte hors du temps et vous donne le sentiment d'appartenir à l'avant-garde de la technologie. Le service de vidéo-conversations lancé par Loïc Le Meur un an plus tôt, le 8 octobre 2007, connaissait alors une croissance fulgurante en proposant un service réellement innovant : créer une conversation alimentée par des vidéos instantanées. Des émissions thématiques quotidiennes et hebdomadaire animaient une communauté cosmopolite et active. C'était au temps où Bruxelles rêvait (1) le dynamisme du secteur des nouvelles technologies nous emplissait tous de confiance et d'insouciance. Les projets allaient bon train et les startups fleurissaient dans la Silicon Valley. L'Europe humait à pleins poumons cet air frais et vivifiant qui venait du Nouveau Monde.

Fort d'une communauté non négligeable et dynamique d'utilisateurs francophones — ce qui s'explique par le fait que ses deux capitaines, Loïc Le Meur aka @loic et Cyrile de Lasteyrie aka @vinvin, sont des "frenchies" — Seesmic a basé son développement sur la création de contenus par les utilisateurs, le fameux UGC (Users Generated Content)(2). Et les francofous n'en ont pas été avares, de ces contenus. Générant notamment le fil de discussion "Good Morning les Francofous !", le plus long thread de l'histoire de Seesmic, lancé par @ciscoshow et quotidiennement animé par @patricegabin, avec plus de 6000 contributions. Le fil de discussion "Le bar est ouvert", animé par @kdfa, connaît toujours aujourd'hui un succès mérité avec près de 3000 contributions. Seesmic nous gratifiait chaque jour d'un épisode ("épisôôôde" comme disait @gisele, l'inoubliable community manager de Seesmic) du "Seesmix of the day"(3), un résumé quotidien, en anglais, des petits et grands sujets de conversation.

La communauté francophone a ressenti le besoin de produire son propre programme, en français. C'est ainsi que @pioupiounette (Virginie Pfeiffer) et @dzo77 (Sébastien Baudet) ont réalisé le "Francofous Show"(4) dont voici le seul et unique opus (en dehors du pilote) : [hana-flv-player video="http://v.seesmic.tv/flv/a3JcAa3mx1.flv" width="435" height="355" description="Le Francofous Show #2" clickurl="http://seesmic.tv/videos/36cV62jVBx" clicktarget="_blank" player="4" autoplay="false" loop="false" autorewind="false" /]

Le Francofous Show #2

Comme on l'a vu la crise financière est passée par là. Seesmic ayant basé son développement sur le long terme et ne générant aucun revenu, la survie et la crédibilité face aux investisseurs passe par un modèle économique moins coûteux à défaut d'être rentable. Réduction de voilure et réorientation stratégique ont abouti à Seesmic Desktop et Web, l'application multi-plateformes de gestion de Twitter, Facebook et autres réseaux sociaux.

Espérons que Seesmic TV, arrivé probablement trop tôt comme c'est souvent le cas des bonnes idées, trouvera sa place dans l'avenir des réseaux sociaux. Les mobiles disposent désormais d'une caméra, voir deux. Les tablettes connaissent un vrai succès. Autant d'outils propices à une expérience utilisateur facilitant l'instantanéité, le contexte, la vie. Autant de raisons de favoriser la vidéo dans le schéma du réseau social. Mais ceci est une autre histoire…


(1) "Bruxelles" (Jacques Brel) – Youtube (2) Le Contentu Généré par les Utilisateurs – Wikipedia (3) Seesmix of the Day #14 – Youtube (4) "Le Francofous Show"

Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *