L’abnégation chère aux « honnêtes hommes » du dix-huitième siècle anime toujours les beaux esprits du vingt-et-unième. Et si Denis Diderot consacra sa vie à l’élaboration de l’Encyclopédie, les hommes de ce siècle seront, sinon moins honnêtes, sûrement plus pragmatiques pour mettre à disposition le savoir universel de notre temps.

Vous avez peut-être remarqué que, dans les résultats de Google, les articles de l’encyclopédie libre en ligne Wikipedia ressortent très souvent en tête de liste. Un constat qui ne pouvait pas laisser le maître des lieux insensible. Que de pages vues, sans aucune publicité Google… Que d’outrecuidance ! L’impudent bénéficie de la notoriété du support sans jamais rendre la pareille !

Ayant fait sa raison d’être de la maxime "Il faut savir donner pour recevoir", Google s’engage aujourd’hui dans une concurrence frontale et assumée avec la désormais respectée Wikipedia.

Son petit nom sera Knol, comme le début de "Knowledge" ("savoir" en anglais).

Gratuite, cette encyclopédie ne devrait pas être un wiki collaboratif. Les articles devraient être rédigés par des auteurs clairement identifiés et promus par Knol. Ils en assumeraient donc personnellement la responsabilité, y compris en affirmant leurs convictions personnelles, sans tendre obligatoirement à l’objectivité. Un système de commentaires permettrait aux lecteurs d’apporter leurs remarques, qui pourront être prises en compte ou non par l’auteur.

Voici à quoi devrait ressembler Knol :

 

Preview de Knol (© Google)

Qui l’emportera ? Le pot de terre communautaire et autorégulé (mais fauché) ou le pot de fer centralisé et contrôlé (et probablement richissime) ?
Réponse au prochain numéro…

Source : Le Figaro.

Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *