MockFlow Editor Quoi de plus délicat lorsqu’on conçoit un site web que de définir ce que l’on souhaite, sans rien oublier. Nombre de situations montrent le décalage entre ce que le client souhaite, ce qu’il exprime, ce que le prestataire comprend et réalise au final. Le cahier des charges fonctionnel et technique, document contractuel et engageant pour le client et le prestataire, permet de définir précisément les différentes fonctionnalités souhaitées et d’en établir les contraintes techniques. Il émane du cahier d’expression des besoins fourni par le client et le complète, le formalise.

Visualiser pour mieux anticiper

Parfois, parce qu’on n’a pas anticipé un comportement ou une contrainte particulière, parce qu’on n’a pas suffisamment souligné les implications de telle ou telle fonction ou parce qu’on a omis de préciser telle ou telle chose qui semble « évidente », il est nécessaire de redévelopper tout un pan du site, voir même de réaménager la structure de la base de données. Pour l’éviter, et pour compenser la relative rigidité du cahier des charges qui rend difficile d’en saisir tous les enjeux, le recours au prototypage permet de proposer une visualisation quasi exhaustive, à moindre coût et plus pragmatique du service web. Parce que nous pensons, ici chez Médiablue, que « ce qui se conçoit bien s’énonce clairement et les mots pour le dire arrivent  aisément » (selon les préceptes de N. Boileau) nous utilisons les outils de prototypage des écrans. Ils permettent de « dessiner » les différents écrans avant leur réalisation. On obtient ainsi, sans nécessité de développer quoi que ce soit et comme si on les traçait à la main, une représentation visuelle des écrans avec les différents éléments qui les composent. Leur nature modulaire permet de les modifier aisément sans avoir à employer de lourds processus de programmation. Le client visualise ainsi l’aspect futur de son site (et peut prendre conscience de certaines omissions ou comportements non souhaités). Par ailleurs le prestataire peut, au fur et à mesure qu’il réalise le prototype, identifier des contraintes qu’il pourra retranscrire dans le cahier des charges fonctionnel et technique, comme un outil d’aide à la décision.

La solution MockFlow

Après bien des tests, l’offre étant assez riche et variée, nous avons jeté notre dévolu sur MockFlow qui allie simplicité d’utilisation et richesse fonctionnelle pour un coût parmi les plus raisonnables de sa catégorie. Réalisé en Flash, utilisable en ligne ou hors ligne, en version navigateur ou desktop (sous Adobe Air), il permet un usage local ou en mobilité, quelque soit le poste de travail. La richesse de sa bibliothèque (qui ne cesse de croître) et de ses fonctions, sans être pléthorique, permet de réaliser des prototypes (les mockups, en anglais) suffisamment précis sans se rapprocher trop fortement de l’aspect graphique final, ce qui nuirait à la capacité d’abstraction. Son système de templates (modèles) permet de décliner aisément des pans entiers de page pré-définies en y ajoutant des éléments spécifiques. Ses fonctions d’exportation en images, en PDF ou en PowerPoint permettent de manipuler aisément les résultats. Mockflow génère une arborescence de site et permet même d’établir des liens entre les pages. Ainsi, en version « présentation » (que l’on peut partager en ligne) il est possible de naviguer au sein des pages, presque comme sur un site finalisé. Il ne lui manque aujourd’hui que la possibilité de créer une bibliothèque de templates qui permettrait de les gérer de façon plus rationnelle et de les exclure de l’arborescence globale. Nul doute que l’équipe dynamique de Produle (la société éditrice de MockFlow) développera cette fonctionnalité dans un proche avenir. Voici un exemple en lien direct en cliquant ici et en format PDF :

Twitter (PDF Mockup)

Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *