Aujourd’hui, 7 mai 2013, cela fait 6 ans que je suis inscrit sur le réseau social Twitter. « Early adopter », comme l’on dit des utilisateurs testeurs invétérés, prêts à essuyer les plâtres des nouveaux services en ligne, je m’y interrogeais le 7 mai 2007 : « Je tente de découvrir ce que peut bien m’apporter Twitter ».

Présenté à l’origine comme un système de SMS en ligne et gratuit, il n’a pas percé comme tel, puisque les usages téléphoniques ont toujours été prépondérants. Les opérateurs téléphoniques se sont bien gardés de laisser entrer le loup dans la bergerie. Aujourd’hui encore, il est impossible en France de recevoir des notifications Twitter via SMS.

Il m’a bien sur servi, des 2007, à recevoir les notifications liées à d’autres services qui n’en étaient pas pourvus. Ainsi Seesmic Vidéo Conversation annonçait les nouvelles vidéos et les réponses aux conversations via Twitter. C’est encore le cas aujourd’hui, en complément des notifications des outils comme Foursquare ou Instagram. Un moyen pratique de rester informé en temps réel de l’actualité et de l’activité de ses contacts.

Il me sert aujourd’hui essentiellement à échanger quelques saillies avec un cercle choisi d’amis et à annoncer la disponibilité de ma prose, articles de blog, état de ma veille, etc…

Aujourd’hui, 6 ans après, je ne me pose plus la question. Parce j’ai trouvé une bonne part de la réponse. Twitter a tout simplement participé à un changement de vies professionnelle et personnelle. Une belle histoire où les réseaux sociaux rencontrent la vraie vie, soutiennent au fil du temps des amitiés réelles et sincères nées dans le nuage.

Aujourd’hui-même, ce mardi 7 mai 2013, je suis les traces de Jeanne d’Arc libérant la ville. Je m’installe dans la bonne ville d’Orléans et je travaille avec un confrère rencontré sur Seesmic (et donc Twitter) début 2008. Depuis, Patrice Gabin (de l’agence PatriceGabin.com) et moi n’avons cessé d’entretenir des échanges sporadiques mais sincères. Au fil du temps et des rencontres dans la vraie vie, nous avons, dès que l’occasion se présentait, travaillé ensemble. Je crois pouvoir dire que des liens d’amitié se sont noués. Aujourd’hui nous travaillons dans les même locaux et nos projets communs nous permettent de travailler dans la confiance et la simplicité.

Merci donc, Twitter et consorts, d’avoir fait croiser nos chemins et grandir la complicité qui nous permet aujourd’hui de réaliser de vrais projets. Merci Patrice de m’accorder ta confiance et d’avoir fait de mon installation une vraie joie, dans des conditions que tu as su rendre simples.

Réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *